Souvenez-vous, la réunion avant c’était : le tableau

encrier

Vous souvenez-vous du compas géant utilisé par votre professeur de mathématiques pour tracer un cercle parfait sur un tableau ?
Que cela soit en réunion ou à l’école, nous avons tous connu les présentations de nos collègues ou enseignants sur tableau.
Aujourd’hui en entreprise les crayons-souris (ou les doigts) ont remplacé les craies pour le plus grand bonheur des animateurs de réunions et à notre plus grand soulagement (ou pas).

Terminé les micro-siestes devant les tableaux, vive la nouvelle génération des outils d’apprentissage.

Du tableau noir au Tableau Blanc Intéractif (TBI)

Il faut remonter à 1850 pour voir apparaître les premiers tableaux noirs en Europe. Noir puis vert, ce morceau d’ardoise monté sur un pied de métal ou accroché directement au mur aura été l’outil le plus couramment utilisé dans les salles de classe pour (tenter d’) expliquer des concepts ou faire des démonstrations aux élèves.

Le tableau a longtemps été placé au cœur des salles de formation, mais l’utilisation de la craie créant des problèmes de santé (émission de poussière favorisant certaines pathologies telles que l’asthme), d’autres solutions sont apparues.

Ainsi le tableau papier ou paper-board alternative au tableau traditionnel a fait son apparition. Plus utilisé en entreprise qu’à l’école il trône encore aujourd’hui dans certaines salles de réunion mais sa zone d’écriture réduite (on se souvient du formateur qui passait son temps à tourner les pages pour retrouver ce qu’il nous avait expliqué 10 mn plus tôt) et son coût n’en fait pas l’outils le plus adapté pour la formation.

S’est alors développé le tableau blanc et ses marqueurs de couleurs avec leur odeur spécifique. Cette solution peu couteuse a rencontré (et rencontre toujours) un franc succès, reprenant les avantages et les inconvénients des présentations faites sur tableau noir.

Le rétroprojecteur puis le vidéoprojecteur (au début des années 1990) sont ensuite apparus. L’introduction de l’informatique a permis de dynamiser un peu les réunions et les formations : présentation Powerpoint, démonstration en direct sur des logiciels ou sur Internet, suivi des réunions à distance …

Cette innovation est à l’origine du développement des TBI ou Tableaux Blancs Interactifs. Cet écran blanc tactile associé à un ordinateur et à un vidéoprojecteur voit son origine dans la recherche menée par la firme Xerox dès les années 1970. Il faudra cependant attendre 1992 pour que le 1er TBI soit commercialisé.

Des réunions soporifiques aux réunions interactives

Quand on sait que le temps moyen d’attention des participants en réunion est de 52 minutes on comprend vite l’intérêt d’utiliser un TBI.

Le TBI permet de jouer sur 3 critères fondamentaux pour qu’une formation soit réussie :

  • la visibilité : c’est le tableau qui s’adapte au public et non l’inverse,
  • la lisibilité : terminé le déchiffrage des pattes de mouches du formateur,
  • l’interactivité : insertion de supports multimédia, ajout des notes des participants directement sur la présentation, envoi direct de la présentation dans la boite mail des participants …

L’utilisation d’un TBI en interaction avec les participants (situation de travail collaboratif) permet de transformer des réunions passives en réunions dynamiques.

Alors, pour éviter le genre de comportement ci-dessous en formation, pensez au TBI. Occupez-vous du contenu pédagogique, Choose and Work se charge de vous trouver une salles de réunion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Découvrez aussi...